Moulin d'Offekerque

D'après le recensement de 1809, le moulin d'Offekerque existe déjà, mais il était certainement tout nouvellement érigé. Il ressemble beaucoup au moulin Flament de Oye-Plage, dont le dernier meunier affirmait qu'il avait été construit en 1820. Il est cependant un peu plus grand que celui d'Offekerque, mais la disposition intérieure est tout à fait semblable. En 1833, le " Moulin Blanc ", de son autre appellation, appartient à un nommé Duflos de Calais, et changera souvent de propriétaire. Vers 1890, ce sera Hubert Noyez Polycarpe, qui possédait aussi le moulin de Oye-Plage cité plus haut.

C'est la famille Lianne qui va lui laisser son nom. Le premier, Isidore, était déjà locataire en 1910 avant de l'acquérir définitivement en 1919. Son père était meunier à Marck-en-Calaisis d'un moulin qui sera repris par d'autre Lianne avant de tomber, renversé par la tempête de novembre 1940.

Le Moulin Blanc est repris par Emile, fils d'Isidore, vers 1938. Pendant la guerre, il est réquisitionné pour faire de la farine ainsi que son collègue, Gérard Gourdin, pour faire le boulanger

Après la guerre, vers 1954, deux ailes sont démontées par Géry Demeerseman, qui refait en 1958 une nouvelle toiture, recouverte de tôles, malheureusement d'une forme différente de l'ancienne. En 1961, il remplace l'entrebut par celui du moulin Gourdin. En 1966, les ailes ne tournent plus. C'est un moteur semi-diesel, installé en 1935, qui actionne, pour la clientèle, la meule à mouture, jusqu'en 1971. La mouture de blé panifiable était déjà arrêtée depuis 1947. Emile Lianne décède le 23 mars 1978, à 78 ans.

Le moulin était cependant déjà aux mains de son fils, Maurice, actuel propriétaire. Grâce aux bons soins de trois générations de Lianne, le moulin est encore vivant et en bon état. Mais l'usure du temps et l'inactivité du moulin, surtout des ailes et du mécanisme, pèsent sur l'état des bois, qui sont attaqués par les vers, et de la tour, dont la maçonnerie, constituée de briques assez tendres, commence à prendre l'eau.

Maurice Lianne donne son accord pour que l'ARAM entreprenne un chantier de jeunes bénévoles pour l'aider à entretenir le moulin. Un premier chantier est organisé en 1976, qui consiste à nettoyer tous les bois intérieurs et extérieurs pour les badigeonner de xylophène et de carbonyle. Tout y passe : engrenages, ailes, queue. 1977 revoit une nouvelle équipe dont la tâche est de repiquer la tour afin de la rejointoyer. Le logement est assuré dans la paille de la grange voisine. Ce travail long et fastidieux est achevé lors d'un autre chantier en 1978. Depuis, le moulin continue d'être soigné et surveillé par son maître, mais la toiture commence à donner quelques inquiétudes et les ailes sont à renouveler…

Textes : Jean Bruggeman

Renseignement

Vous êtes Autocaristes, Clubs, CE, Collectivités, Centres aérés, Organisateurs de voyages, Groupes scolaires ou Personnes individuelles, vous envisagez de venir passer une journée à la Colline aux animaux , vous souhaitez un complément d'information concernant les visites, la restauration ou sur l'hébergement à proximité...

N'hésitez pas à nous questionner sur le formulaire de contact ci-dessous.

Plan

Nous contacter

Pour info

  • Vous souhaitez un complément d'information afin de préparer votre séjour sur la Côte d'Opale, N'hésitez pas à Nous contacter.