Tom Souville corsaire Calaisien

Antoine Thomas SOUVILLE (1777-1839), Corsaire Calaisien

Tom Souville, né à Calais le 24 février 1777 sous le règne de Louis XVI et mort dans cette même ville le 31 décembre 1839 est un corsaire et sauveteur calaisien, à l’origine du premier bateau de sauvetage de Calais, gréé en voile latine, en 1819 avec le concours de la société d’agriculture de Calais.
En tant que corsaire de la ville de Calais, il arborait sur son navire le drapeau de Calais. En effet, Calais était l'une des cinq villes de France à être autorisée à avoir son propre drapeau, sur ordonnance royale, avec Dunkerque, Boulogne-sur-Mer, Le Havre et Saint-Malo. Le drapeau calaisien est celui qui flotta donc sur l'ancien beffroi, à la tête des milices bourgeoises et évidemment, au mat des vaisseaux corsaires de la Ville de Calais.

Tom Souville, né à Calais le 24 février 1777 sous le règne de Louis XVI et mort dans cette même ville le 31 décembre 1839 est un corsaire et sauveteur calaisien, à l’origine du premier bateau de sauvetage de Calais, gréé en voile latine, en 1819 avec le concours de la société d’agriculture de Calais.
En tant que corsaire de la ville de Calais, il arborait sur son navire le drapeau de Calais. En effet, Calais était l'une des cinq villes de France à être autorisée à avoir son propre drapeau, sur ordonnance royale, avec Dunkerque, Boulogne-sur-Mer, Le Havre et Saint-Malo. Le drapeau calaisien est celui qui flotta donc sur l'ancien beffroi, à la tête des milices bourgeoises et évidemment, au mat des vaisseaux corsaires de la Ville.

Le 29 août 1813, le corsaire lougre le Renard appartenant à l'armateur Géry Choisnard est armé au port de Calais et confié au capitaine Antoine Thomas Souville. Ce dernier est alors âgé de 36 ans. Le corsaire et son équipage doivent faire la course pendant deux mois de mer effectif auxquels il faut ajouter les nombreuses relâches pour refaire le plein de vivres, soigner les marins, réparer le navire ou encore conduire à bon port les prises effectuées. Les dossiers du carton 3G9 des archives municipales de Calais nous informent que le corsaire ne terminera sa course que le 28 mars 1814.
Le rôle d'équipage nous donne de précieux renseignements sur l'équipage. Concernant le capitaine, nous pouvons affirmer avec certitude qu'il avait la qualité de capitaine au long court et était classé. Souville mesurait un mètre soixante-dix et était brun. Sur les 69 hommes embarqués seuls 12 étaient plus grands que lui, aujourd'hui il serait l'un des plus petit. A titre de comparaison, le plus grand marin du Renard était Abraham Alexis Goyer de Fécamp, volontaire, mesurant un mètre quatre-vingt cinq, un géant pour le début du XIXe siècle.

THOMAS SOUVILLE que les anglais surnommaient Cap'tain Tom , était le fils d'un médecin. Pourtant rien ne le prédestinait à la corsairerie, ce fut pour l'esprit d'aventure et le goût du risque, qu'il fit ce choix. Tom fait ses études à Douvres, puis il prend la mer en tant que mousse. Il n'a que 11 ans. Subjugué par la mer, il choisira de servir sur des navires armés. Beaucoup lui envient son expérience.

A 18 ans, il a acquis une expérience que beaucoup lui envient : Participation à plusieurs combats navals, trois blessures, prisonnier échangé. Il est promu enseigne et décide de demander une lettre de marque. Trop jeune pour qu'on la lui accorde, il doit servir un autre capitaine jusqu'à sa majorité. Dès son indépendance obtenue, le jeune chef fait preuve d'une rare efficacité.

Promu enseigne Tom demande une lettre de marque, qu'on ne lui accorde pas. Sa jeunesse y sera pour beaucoup. Il devra donc servir un autre capitaine jusqu'à l'âge de sa majorité. Sa majorité atteinte, Thomas fera preuve d'une efficacité redoutable Tom Souville est l'une des figures les plus illustres du système de la course, aux enjeux financiers importants pour l'époque. Entre 1811 et 1815, cela rapporte plus de 5 millions de francs à Calais et à partir de 1793, activement à partir des ports de la Manche et de la mer du Nord.

Plan